Du serious game à la ville laboratoire puis à la ville « Living lab »

En matière de mobilités, après une ère d'innovation basée sur des produits, nous devons passer à des innovations sur des systèmes implicant également des changements d'usages. Nous avons pour cela plusieurs outils du serious game au living lab, avec comme fil conducteur une implication de plus en plus grande du citoyen, et des progrès issus d'une utilisation "réelle" des services, basés aussi bien sur des erreurs que sur des succès.

Parmi les serious games en matière de mobilité, nous pouvons citer Clim city, Bus training game (RATP), Enercities ou encore la ville d'Issy les moulineaux sur les impôts locaux (voir la liste ici). Mais il existe d'autres serious games également intéressants (changement climatique, le monde des entreprises). Ces mondes sont entièrement virtuels, reproduisent fidèlement la réalité (tout au moins ce qui est modélisable). Pour accroitre la complexité, des villes laboratoires sont alors nécessaires. 

Transpolis pourrait être cette ville expérimentale notamment pour le transport de marchandises et de personnes. Voir la présentation ci dessous :

Cet outil permettra de tester des avancées technologiques conçues en lien avec la ville de demain grâce aux outils de la plate-forme, et d'isoler certains paramètres influents :

· Zone(s) urbaine(s) reconfigurable(s), plateforme d’échange modal avec capacité de chargement électrique, voirie du futur, travail sur l’acoustique, . . .

· PC d’interconnection «infrastructures / véhicules », aire de livraison «intelligente », . . .

· Supervision et gestion des contournements et transits des flux urbains et périurbains

 

Une philosophie : renforcer l’efficacité de la ville en optimisant l’efficacité des transports

· Expérimenter des «sites propres »(sans congestion) pour des modes vertueux

· Massifier et organiser les déplacements de biens et de personnes

Mais la ville laboratoire ne pourra pas intégrer les problématiques les plus complexes : influence des temporalités, mode de gouvernance locale, jeux d'acteurs, participation des usagers, des citoyens. Il faudra alors que la ville réelle devienne le laboratoire et que l'on fournisse aux citoyens des outils pour participer à la conception des services  qu'ils vont eux-mêmes utiliser. Le "living lab" existe depuis des années, plus d'une centaine de site en Europe (voir ici). Concernant la mobilité et les véhicules, quelques exemples ici, ici ou . Une chaîne TV Youtube : ici.

Les innovations les plus porteuses d'avenir sont celles qui cumuleront les progrès apportés par les technologies, et ceux issus de nouvelles organisations, de nouveaux modes de pilotage, de nouvelles répartitions des responsabilités, de nouveaux partages des données, de nouvelles implications des citoyens. Or la plupart ne s'expérimente qu'en les pratiquant réellement, nos erreurs, si elles sont comprises, seront donc aussi importantes que nos succès.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s