Archives mensuelles : décembre 2011

Google vous donne les vols « NY to LA », demain « Nice vers Berlin », puis après demain « soleil plage moins 500 € vendredi prochain »

D'autres parties de l'Iceberg apparaissent à ceux qui ne veulent pas voir le monde qui vient … Google permet depuis décembre d'afficher aux USA pour le moment toutes les informations pour un vol "NY to LA" par exemple. Cela donne ça (ou tapez vous même "NY to LA") :

Google-travel

Lire la suite

Publicités

Quand le sol ne suffit plus …

L'accès à la "vitesse bon marché" a permis d'accéder à la maison-jardin pour certains, à échapper à la pression des prix de l'immobilier pour d'autres, à se rapprocher de ses semblables pour la plupart. Cette opportunité d'accéder au "meilleur sol" se transforme petit à petit, mais sûrement, sous la forme de multiples risques, de multiples fractures, de multiples formes d'immobilités. Ainsi des gradients apparaissent : accès à l'emploi, accès aux loisirs et aux aux savoirs, accès aux autres.

Un autre échappatoire technologique devient possible: rajouter un degré de liberté, rajouter un nouveau plan. Mais cette opportunité pourrait ressembler aux possibilités précédentes, celles qui apparaissaient hier  comme "sans limites", sans risques. Il n'en est rien, il faut dès maintenant penser en même temps le risque porté par l'innovation.

Lire la suite

Appel à Manifestation (AMI) sur les chaînes logistiques et les mobilités occasionnelles

Ce second Appel à Manifestation d’Inrérêt (AMI) porte sur l’approche intégrée des chaînes logistiques et des systèmes multimodaux de mobilité des personnes et des marchandises, autrement dit sur des systèmes complets de mobilité où pourraient converger les problématiques liées tant au transport de personnes que de marchandises, en particulier en matière de partage des données et de gouvernance. Pour les voyageurs, elle concerne des mobilités occasionnelles et non plus quotidiennes, liées par exemple à l’accès à des services de santé ou à des loisirs, des déplacements professionnels.

Tous les renseignements sont détaillés ci dessous. Pour vous aider à identifier des partenaires dans des domaines connexes, à initier des projets innovants, un outil numérique est disponible pendant l’ouverture de cet AMI : www.ami-mobilite.com.

 

Il s’agit surtout, en tenant compte des infrastructures existantes, d’appréhender ces systèmes intégrés pour mieux les optimiser en termes de services rendus, mieux définir les besoins d’évolution des infrastructures (de transports, d’échanges) en les rendant plus intelligentes et communicantes, en développant de nouveaux outils et de nouvelles méthodes pour mieux gérer le système, et en se plaçant à différents points de vue (citoyens, ménages, entreprises, chargeurs, transporteurs, opérateurs, logisticiens, collectivités territoriales, Etat). Par exemple, les progrès pourraient porter sur les modes d’organisation, les usages et les comportements, les structures logistiques ou encore les modes de tarification. La capacité à résister aux chocs énergétiques ou économiques à venir, la robustesse et la résilience pourraient être des objectifs importants de ces futurs systèmes de mobilité pour les biens et les personnes.

Cet AMI présente une occasion unique de préparer nos territoires, nos industries, et nos activités aux évènements qui se présentent : rareté des ressources énergétiques, rareté des matières premières, rareté des ressources financières. Nous sommes contraints à faire beaucoup mieux avec ce que l’on a, à utiliser beaucoup mieux les investissements du passé (infrastructures existantes), à mutualiser beaucoup plus les véhicules en circulation.

 


Deux axes sont proposés dans cet AMI : un axe opérationnel (chaîne logistique, mobilité des personnes) et un axe transversal (cohérence des systèmes de gouvernance et adéquation des offres aux besoins).
Les enjeux des projets couverts par cet AMI sont d’assurer :

1) De façon opérationnelle :

  • la performance des systèmes de transport et de logistique dans leur globalité, intégrant l’organisation fonctionnelle des différentes entreprises pour améliorer leurs performances et ainsi dégager de nouvelles possibilités. Les solutions ou systèmes envisagés pourront s’appuyer sur le déploiement de nouveaux indicateurs (environnementaux, énergétiques, économiques) pour mieux sélectionner les solutions de mobilité, mieux choisir l’implantation logistique, mieux quantifier les bénéfices environnementaux de ces choix et mieux communiquer autour de la performance en direction de tous les acteurs (consommateurs, industriels, chargeurs, transporteurs, logisticiens, etc.)
  • la mobilité occasionnelle des personnes, correspondant aux déplacements personnels et professionnels sur longue distance, incluant également les déplacements liés au tourisme et aux grands évènements.

Des innovations couplant mobilité et immobilité, tiers lieux et évolutions des organisations d’entreprises pourront être expérimentées.

2) De façon transversale :

  • la cohérence des différents niveaux de gouvernance des systèmes de mobilité pour les biens et les personnes, pour un même niveau institutionnel (local, national, européen) et entre les niveaux.
  • l’adéquation entre les solutions de mobilité ou les organisations logistique d’une part, et les besoins des utilisateurs finaux (particuliers, entreprises, collectivités) d’autre part. La satisfaction des besoins des différents utilisateurs sera particulièrement prise en compte. Cette adéquation implique un accès aux données influentes et l’existence d’outils d’aide à la décision pour adopter de nouvelles solutions. Ceci nécessite également de connaître les différentes catégories d’utilisateurs et leurs spécificités pour faire correspondre les produits ou services adaptés.

Des approches intégrées portant simultanément sur les systèmes de logistique et la mobilité des personnes peuvent permettre d’identifier des synergies, notamment au niveau des données, et des économies d’échelles, mais également de réaliser des arbitrages entre transports de marchandises et transports de personnes pour l’usage de certaines infrastructures, leurs implantations et l’affectation des ressources énergétiques.

Les projets ont donc pour objectif d’explorer les liens unissant le fonctionnement de la société civile (besoins à satisfaire des clients finaux) et les solutions de mobilités et de logistique, pour développer et intégrer les meilleures solutions de mobilités grâce à un optimum entre « besoin, mobilité, organisation » des activités.
Les travaux de recherche, ainsi que les démonstrateurs et expérimentations pourront combiner tout ou partie des innovations intégrant les champs décrits ci-après. Une attention particulière sera accordée aux projets construits dans une logique multicritères, (coût, pollution, énergie, congestion…). Il est proposé d’innover notamment dans les domaines suivants :

  • Constituer, assurer la disponibilité et la maintenance de nouvelles bases de données de connaissance et, le cas échéant, créer de nouvelles données stratégiques, sur la mobilité de personnes et la logistique (pollutions, taux de remplissage des véhicules, émissions de CO2 par véhicule, par tonne.km ou par colis par exemple). Ces nouvelles bases recensant les données les plus influentes devraient être ouvertes et partagées ; elles permettront, d’une part, de mieux comprendre les flux réels et, d’autre part, de concevoir des produits/services adaptés aux besoins. Ce travail pourra se faire en lien avec l’action nationale Etalab ;
  • Exploiter ces bases de données (connaissance en temps réel des horaires de tous les modes ou contenu carbone d’un produit par exemple), pour développer des assistants numériques destinés à faciliter le choix des acteurs (usagers, consommateurs, industriels). Ces travaux devront être marginaux en termes de budget et d’implication des acteurs au regard du projet complet.
  • En cohérence avec les besoins à satisfaire, en particuliers ceux des clients finaux, développer et expérimenter des outils experts d’aide à la prévision et à l’organisation des mobilités ou des systèmes de transport et de logistique : investissements dans les infrastructures, localisation de l’habitat ou des locaux, optimisation de l’utilisation des transports publics ou de la circulation, etc. Ils seront personnalisables et conçus pour s’adresser à tous les acteurs, publics, privés, ménages, entreprises, et collectivités. Ces outils pourront également s’intéresser en amont à l’organisation des entreprises ou aux activités des ménages, l’objectif étant d’identifier les pistes d’optimisation pour une meilleure adéquation aux diverses solutions de mobilité.

Ayant intégrés plusieurs innovations, les projets attendus porteront principalement sur des démonstrateurs et des expérimentations :

  • De nouvelles chaînes logistiques plus adaptées aux besoins, efficaces énergétiquement, plus adaptables à des changements de contexte imprévus, plus ouvertes à des mutualisations entre différents acteurs, permettant des délais d’acheminement globaux satisfaisants. Les indicateurs clés comme le contenu carbone par produit seront accessibles et partagés avec tous les acteurs dont les clients. Ces chaînes pourront intégrer des plateformes logistiques (mono ou multimodales) permettant de maximiser l’usage des infrastructures existantes, de nouvelles organisations mutualisées, mettront en oeuvre des véhicules adaptés à chaque mission et mieux remplis, des interfaces entre modes optimisées (grâce à des équipements de manutention adaptés) et des systèmes d’informations intelligents.
  • De nouvelles solutions de mobilité occasionnelles (ou « d’immobilité ») pour les personnes devront apporter des innovations (couplage coordonné de plusieurs modes, économie du partage, tarifications dynamiques en fonction des usages, …) permettant de connaître et de réduire les besoins de ressources (énergétiques, économiques, matières premières). Ces solutions devront être interopérables, duplicables dans d’autres territoires, d’autres configurations, donc suffisamment ouvertes pour être connectées aux autres solutions de mobilité. Elles permettront ainsi de construire des systèmes de mobilité multimodale fluide répondant parfaitement aux besoins des utilisateurs.

Feuille de route :

Ami chaines logistiques_annexe1_feuille_route

Texte de l’AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt) :

Les Transports du Futur – Les Laboratoires Vivants

Un blog spécifique est crée pour suivre les différents projets retenus dans le cadre du Fond Démonstrateur et des Investissements d'Avenir sur le programme Véhicule du Futur.

Ce blog rassemble les liens et les présentations des projets et permettra :

  • une animation croisée de tous les acteurs,
  • un suivi dynamique et actualisé des projets,
  • de créer une base de connaissances des différents retours d'expériences

Pour le moment, trois projets sont présentés, en attendant 2012… Le BLOG Les Laboratoires Vivants

10 exemples concrets d’utilisation des données pour construire des bases de connaissances et des outils d’aide

Ces 10 exemples d'utilisation des données dans le domaine des transports de marchandises (déchets notamment) et des personnes, préfigurent les futurs outils d'aide qui seront orientés en fonction des utilisateurs : citoyen, ménage, collectivité, entreprise, état…

Traffic accidents in the U.S. between 2001 to 2009

ITO-Road fatalities USA

 

An impressive work that collects all traffic accidents on different roads of the United States by type of accident (pedestrian, driver, year, etc..) And all in one map that has accumulated a huge range of information for the period 2001 – 2009. The same team has prepared one for the UK. Guns of mass destruction? A silent tragedy? The map is shocking.

 

The long journey of trash

Trash track

Lire la suite

Et si les changements de comportement étaient plus rapides …

Que ceux que l'on indique en général, que l'on veut nous faire croire, que pensent les industriels …Le sondage réalisé par Zipcar confirme d'autres informations sur l'usage de l'automobile auprès des jeunes Japonais ou Européens. Ces tendances, initiées et confirmées dans les territoires urbains, n'ont probablement pas atteints les zones rurales pour des questions d'offres alternatives totalement absentes.

La génération Y n'a pas le même rapport avec l'automobile. Si en plus des services performants arrivent dans les années à venir, le point de basculement sera atteint d'ici moins de 10 ans. Le point de basculement pourrait être le moment où, dans les usages réels, les kilomètres parcourus dans des véhicules partagés, (dé)possédés dépassent ceux réalisés dans des véhicules propriétaires. Cette génération (et bien sûr les suivantes) :

  • DECIDE de moins faire de kilomètres,
  • PREFERE utiliser plutôt que posséder, dans tous les domaines dont l'automobile
  • SUBSTITUE des déplacements et des rencontres physiques à des échanges numériques

Rares sont ceux qui s'y préparent, car rares sont ceux qui voit le monde qui vient comme la génération Y.

AMI Chaînes logistiques et mobilités occasionnelles des personnes @ADEME

Ce second Appel à Manifestation d'Inrérêt (AMI) porte sur l’approche intégrée des chaînes logistiques et des systèmes multimodaux de mobilité des personnes et des marchandises, autrement dit sur des systèmes complets de mobilité où pourraient converger les problématiques liées tant au transport de personnes que de marchandises, en particulier en matière de partage des données et de gouvernance. Pour les voyageurs, elle concerne des mobilités occasionnelles et non plus quotidiennes, liées par exemple à l’accès à des services de santé ou à des loisirs, des déplacements professionnels.

Il s’agit surtout, en tenant compte des infrastructures existantes, d’appréhender ces systèmes intégrés pour mieux les optimiser en termes de services rendus, mieux définir les besoins d’évolution des infrastructures (de transports, d’échanges) en les rendant plus intelligentes et communicantes, en développant de nouveaux outils et de nouvelles méthodes pour mieux gérer le système, et en se plaçant à différents points de vue (citoyens, ménages, entreprises, chargeurs, transporteurs, opérateurs, logisticiens, collectivités territoriales, Etat). Par exemple, les progrès pourraient porter sur les modes d’organisation, les usages et les comportements, les structures logistiques ou encore les modes de tarification. La capacité à résister aux chocs énergétiques ou économiques à venir, la robustesse et la résilience pourraient être des objectifs importants de ces futurs systèmes de mobilité pour les biens et les personnes.

Cet AMI présente une occasion unique de préparer nos territoires, nos industries, et nos activités aux évènements qui se présentent : rareté des ressources énergétiques, rareté des matières premières, rareté des ressources financières. Nous sommes contraints à faire beaucoup mieux avec ce que l'on a, à utiliser beaucoup mieux les investissements du passé (infrastructures existantes), à mutualiser beaucoup plus les véhicules en circulation.

Lire la suite