Les données peuvent changer nos pratiques, notre rapport aux autres et initier une nouvelle forme d’intelligence collective

Carlo RATTI, Directeur du MIT Senseable City Lab vient de publier deux représentations vidéos des données des trains de la SNCF : évolution dynamique des cartes isochrones et traces temps réel des trains. Cette exploitation des données est intéressante à plusieurs niveaux.

Non seulement il s'agit d'une véritable mise en scène qui a nécessité un travail, une réflexion; Première leçon, de nouveaux outils et métiers apparaissent pour traiter des masses de données techniquement, pour les présenter, les "faire parler" et également les croiser avec d'autres données. Il faudra que des spécialistes soient formés mais également que des outils soient déployés pour que tout le monde puisse devenir acteur.

Ensuite ces représentations nous permettent de visualiser notre environnement, nos actions, nos pratiques; elles parlent de nous, elles nous renvoient des images de nous mêmes et nous permettent de mieux comprendre l'impact de nos pratiques, de nos technologies, de nos organisations. Deuxième leçon: les données produites par nos comportements, et les outils numériques associés peuvent nous permettre d'avoir une vision de notre collectif en même temps qu'elles nous offrent la possibilité de mieux agir individuellement. Les progrès dans ce domaine sont et seront fulgurants, à l'image de l'annonce de Google Map 3D. Le numérique, le virtuel, le réel s'imbriqueront à l'infini offrant opportunités et risques.

Ce double niveau de visualisation et de compréhension à la fois de l'individuel et le collectif (voir également cet article sur ce sujet) est donc rendu possible, même pour des grands nombres de personnes, par le numérique et sa capacité à capter, transférer, exploiter des masses de données géolocalisées en temps réel et les rendre disponible à tous. Dès lors, l'intelligence collective peut se déployer, et nous permettre de résoudre des problèmes systémiques que nous sommes incapables de résoudre seuls tout d'abord parce que nous les aurons mieux compris dans leur globalité et leur complexité. Mais simultanément ces mêmes capteurs et technologies numériques peuvent nous aliéner, nous surveiller, nous dominer. Troisième leçon: Seules des expérimentations à grande échelle, un engagement et des formations de tous les acteurs, et un décloisonnement des domaines académiques pourront nous permettre d'identifier, comprendre et maîtriser les risques pour saisir toutes les opportunités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s