Archives mensuelles : novembre 2012

Information CO2 des prestations de transport

[source Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie] Dans l’objectif de valoriser les transports les moins émetteurs de CO2, l’obligation d’information CO2 des prestations de transport impose aux opérateurs (entreprises de transports de personnes ou de marchandises, de déménagement, taxis, commissionnaires, agents de voyages), d’informer leurs clients, lors de chaque déplacement, des émissions de CO2 de leur prestation. Cette obligation adoptée dans le cadre de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement est reprise dans le code des transports (article L 1431-3).

Le décret n° 2011-1336 du 24 octobre 2011 fixe les principes de calcul communs à tous les modes de transport (ferroviaire ou guidé, routier, fluvial, maritime, aérien). Il précise les modalités d’information du bénéficiaire ainsi que le calendrier de mise en oeuvre des dispositions.

La méthodologie de calcul est basée sur le projet de norme européenne relatif au calcul et à la déclaration d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre des prestations de transport (pr EN 16 258).

Lire la suite

Publicités

FuturICT programme européen de R&D sur 10 ans et 1 Md€ sur les systèmes complexes

Le projet FuturICT est un méta-projet européen d’une durée de 10 ans, d’un budget d’1 Md€. Il vise à exploiter pleinement le potentiel des outils numériques connectés pour mieux comprendre les systèmes complexes, dont les liens entre sciences, technologies et société, pour des objectifs de résilience et de durabilité. Cette approche rejoint la mise en oeuvre de système intégré de transports.

Lire la suite

Contribution de l’ADEME aux visions énergétiques 2030 & 2050

Cette année 2012 a notamment été consacrée à l'élaboration de visions énergétiques pour tous les secteurs dont les Transports. Ces projections aux horizons 2030 et 2050 ont été construites selon des méthodes spécifiques détaillées dans le document ci-dessous.

Pour la mobilité des voyageurs et le transport de marchandises, des approches systémiques ont été mises en oeuvre. Des gisements importants d'économies d'énergies sont accessibles dans les technologies, mais également dans les usages. Un paramètre clé a évolué : le remplissage des véhicules. En associant progrès techniques et en augmentant le remplissage des véhicules (lourds et légers, personnes et marchandises) nous sommes capables d'atteindre le facteur 4. L'atteinte du facteur 4 nous permet alors d'utiliser massivemment de "nouvelles" énergies pour les transports : Biogaz, GNV, biocarburants liquides 2ème génération et électricité.

Faire du remplissage au objectif de recherche majeur

Dès lors il faut tout engager pour améliorer le remplissage de nos véhicules. Il s'agit de (beaucoup) mieux utiliser les flux de sièges libres qui circulent. Tous les services de mobilités y participent. Tous les modes collectifs y participent. Tous les modes actifs y participent. Il faut sortir progressivement de la possession exclusive de l'automobile. Une 3ème voie est proposée dans cet exercice de prospective : La voiture servicielle, celle qui va lier tous les modes.

Cette 3ème voie est le fruit de nombreux échanges engagés depuis près de 4 ans avec tous les acteurs. Elle se retrouve dans de nombreux documents de stratégie rédigés dans des instances nationales : PIPAME (pdf et ppt), Centre Analyse Stratégique, Académie des Technologies et dernièrement CESE

Le numérique permet d'abaisser de nombreuses barrières et rend les objectifs, inscrits dans la vision ADEME, crédibles et souhaitables. Les usages "intelligents" de l'automobile et la multimodalité doivent devenir des sujets de recherche tout aussi soutenus et nobles que la voie technologique.

Lire la suite

1ère étape, la voiture connectée par IBM – 2ème étape Ingress par Google

IBM, dans son dernier Executive Report Transforming Retail / Engaging customers through information, influencers and interactions, propose aux industries "historiques" du monde automobile d'intégrer 4 nouvelles dimensions à leurs produits : differenciation de rupture, expérience connectée, innovation sociale et plate-forme d'intermédiation pour de nouveaux services. Rappelant que l'objet automobile est toujours vendu de la même façon depuis 100 ans, IBM souligne qu'il serait bon d'évoluer pour satisfaire le consommateur connecté d'aujourd'hui et de demain.

Détaillons, pour bien les comprendre, les 4 points qui devrait faire de la voiture, ce nouvel objet connecté moderne … Puis nous nous appuyerons sur Ingress pour voir que ces propositions sont déjà "dépassées", elles sont nécessaires mais non suffisantes. Le tissage des mondes physiques et numériques est déjà passé à l'étape suivante. Pour de plus en plus de personnes, les échanges sur les réseaux sociaux numériques sont bien réels, et, dans le domaine des transports, les sensations offertes par la réalité augmentée et les jeux sont souvent supérieures à celles vécues dans la circulation quotidienne.
Des acteurs vont déjà proposés des expériences utilisateurs encore plus … plus connectées, plus inédites, plus complexes, plus … Mais pour atteindre ce niveau 2, il faut déjà maîtriser les fondamentaux.

Lire la suite

La Forge, 1ère communauté open-source dédiée aux véhicules

La mise à disposition d'outils de conception numériques se simplifie - Siemens propose une offre gratuite de Solid Edge aux étudiants, la synchronisation d'un grand nombre de compétences est désormais possible à faible coût, et les moyens de production "dé-professionnalisés" se créent – la fablab en est l'emblême. Ces moyens techniques (lire notamment sur ce sujet Le Système Technicien de J.Ellul et mes notes sur ce livre) peuvent permettre à des collectifs de designer, concevoir, produire et expérimenter des systèmes de plus en plus complexes. Il faut pour cela que les acteurs partagent consciemment un objectif commun. Utilisant l'open source, les outils de collaboration étendus, l'intelligence collective globale, l'individu peut alors co-concevoir, co-construire "ensemble de façon autonome" des produits parfaitement adaptés utilisant des sources locales, réparables, recyclables.

Certains sont capables par leurs compétences et leur énergie d'initier ce type de projet. Ainsi, un bricoleur de génie (par ailleurs diplômé du MIT) Marcin Jakubowki, qui propose, ni plus ni moins, un wiki pour créer les 50 machines principales (tracteur, moissonneuse, …) d'une communauté avec vidéo, tutorial, notices … : Open Source Ecology. Et ce n'est que la première étape d'un projet consistant à écrire un ensemble d'instructions pour un village autogéré entier (coût de départ: $10 000).

Il y a également la Forge qui propose une suite numérique et des moyens de production. Il s'agit de la 1ère communauté open-source dédiée aux véhicules. Plusieurs appels à projets ont été lancés, et les acteurs industriels sont là : un véhicule de rallye, un véhicule de livraison de pizza, des produits/services pour améliorer l'expérience de conduite en ville (soutenu par BMW), ou encore un véhicule urbain à propulsion humaine (soutenu par Decathlon B Twin). Des images ci dessous …

Lire la suite

Interview de J.F.Noubel, chercheur au Collective Intelligence Research Institute

Jean-françois NOUBEL est chercheur au CIRI (Collective Intelligence Research Institute). Ces travaux concernent les évolutions en cours des structures humaines au niveau de leur capacité à créer, à innover, à communiquer, à capitaliser, et également à se modifier. Il existe dans le monde d'autres laboratoires de recherche sur cette discipline comme le MIT Center for Collective Intelligence ou encore la laboratoire d'IC d'Ottawa.

Les outils numériques nomades et reliés participent à ces évolutions en cours de notre espèce. Il est désormais observable que de nouvelles formes d'intelligence collective se développent. Elles permettent aux structures (association, entreprise, collectif en général) de résoudre des problèmes ou tout simplement de s'organiser de façon très efficace.

Lire la suite

L’€, est-ce la meilleure monnaie pour les futures (potentielles) indemnités vélo ?

Plusieurs amendements au PLFSS 2013 proposant des mesures pour inciter les entreprises à développer l'utilisation de vélos par leurs salariés ont été adoptés le 13 novembre au Sénat. Une des mesures est une extension du régime des indemnités kilométriques aux vélos. L'employeur pourra ainsi prendre en charge, dans les conditions prévues à l'article L. 3261-4 du code du travail [relatif à la prise en charge des frais de transport des salariés] tout ou partie des frais engagés par ses salariés se déplaçant à vélo entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail, sous la forme d'une indemnité kilométrique vélo, dont le montant sera fixé par décret. Le bénéfice de cette prise en charge pourra se cumuler avec celle prévue dans le cadre de la prime transport, sous certaines conditions.

Comme en Belgique aurjoud'hui, il devient possible que la pratique du vélo soit encouragée par la mise en place de ces indemnités. Si il est clair qu'il s'agirait là d'une avancée majeure, est ce que l'euro est la meilleure monnaie ? au niveau individuel et collectif ?

Pour tenter d'apporter quelques éléments, revoyons quelques éléments indiqués dans le livre de la FING De l'innovation monétaire aux monnaies de l'innovation, déjà abordé dans ce blog. Ce sont des outils d’innovation sociale qui influencent les comportements et la société dans laquelle  nous vivons. Elles favorisent certaines activités et échanges :  l’économie locale,  le lien social, l’éducation, la culture, l’emploi,  l’environnement, la  reconnaissance dans les réseaux sociaux, etc. Elles sont, et seront encore plus demain, de véritables catalyseurs d'innovations si elles sont bien conçues, bien adaptées aux produits/services développés. Elles permettront, notamment, aux acteurs économiques de tisser des relations de confiance avec des consommateurs plus fidèles, de concevoir des produits/services répondant parfaitement aux besoins clairement identifiés. La monnaie, entre autre, apporte un supplément en matière d'intelligence collective: l'holoptisme. Elle permet ainsi de rendre visible l'émergence du groupe, de l'intérêt commun.

Lire la suite