Archives mensuelles : janvier 2014

Erreur 404, Et si les Transports du Futur s’arrêtaient ?

Créé en 2009, ce dispositif s'est développé et enrichi. Vos retours, idées, commentaires, encouragements, critiques sont essentiels pour réorganiser, amplifier, consolider et revoir des concepts et des propositions. Vos liens, propagations, amplifications ont progressivement construit un dispositif inédit par sa reliance. 

Ce sont les principales richesses et nous avons du mal à les révéler. Un petit questionnaire pour définir la suite, et un lien pour ceux qui souhaitent compléter les compétences et expertises mises en oeuvre.

 

[fiction N°7] La Plateformisation a commencé

« La valeur de la donnée disparaît quand on parvient à lui en donner une. Il faudra fixer la valeur en remontant le temps. De là est née l’idée du traceur informationnel», Mathieu – 2027.

Dire que tout avait commencé en 2015 dans un village, 300 habitants, les pionniers. Ils s'étaient engagés volontairement dans une démarche de co-construction de services citoyens sans voir attendus ni les acteurs marchands, ni la puissance publique, sans savoir si ça allait fonctionner. En fait, ce mouvement avait été visible dans plusieurs communautés au niveau mondial. Vers 2014, La ville de Chicago avait mis en œuvre une plateforme open source pour gérer certains services urbains, puis rapidement elle a été réutilisée : ouverte aux citoyens et alimenter par eux pour co-produire des nouveaux services et alimentée par des données de façon volontaire. La mise à disposition d'outils numériques distribués et ouverts avait fourni un socle. Le basculement est apparu quand la technologie avait permis d’augmenter le niveau de confiance et de libérer les échanges de richesses entre citoyen. Le changement a été immédiat, brutal pour certains. La pression exercée par les contraintes budgétaires, énergétiques et environnementales, d'une part, et par la domination des plateformes mondiales majeures (Google, Amazon, Facebook, Amazon), d'autre part, avait participé à cette mutation. Devenus acteurs de son futur, cette communauté locale est maintenant capable de mieux se mobiliser, mieux représenter l'impact de ses actions, de maximiser l'usage de ses richesses (lire les articles sur les richesses). Plus que tout, ce collectif coordonné inspire les initiatives individuelles, les renforce, les catalyse, leur donne du sens et se faisant il devient plus performant.

Lire la suite

Interventions du Séminaire Mobilités Mutations

Faisant suite à une série d'article sur le séminaire Mobilités Mutations présentant les livrables Prospectives et Projets, ainsi que les défis identifiés pendant le séminaire, toutes les interventions ont été mises en formes et regroupées. Elles sont téléchargeables ainsi que le programme :

1er Jour : 

Institut de la Mobilité durable, Romain Beaume

Renault, Lomig Unger & Edwin Mootoosamy

Orange Labs, Valérie Peugeot

Polyconseil, groupe Bolloré, Olivier Colas

Ecomobilité Ventures, Edouard Combette

la FING, Jacques-françois Marchandise

Ouishare, Antonin Leonard

SNCF, Dominique Laousse

IBM, Thomas Baudel

Volvo Trucks, Bernard Favre

– Nicolas Colin, l'âge de la multitude (à venir)

2ème Jour : 

Michelin Solutions, Franck Estoquié

Grand Lyon , Jean Coldefy

Transdev, Marie-catherine Beaudoux

Blablacar, Frédéric Mazzella

Projet BMA, CCI Rennes, Jean-luc Hannequin & Alain Somat

Groupe Chronos, Bruno Marzloff

 

Le premier jour où j’ai décidé de me déplacer autrement …

Chaque jour, il y a plusieurs millions de décision concernant les transports : individuellement, nous choisissons un mode de transport à chaque fois ou nous faisons comme d'habitude, nous choisissons tel itinéraire ou le trajet habituel, nous acceptons de prendre un collègue de travail sur le chemin ou pas, nous planifions nos déplacements/achats/activités ou pas, nous utilisons un mode actif de déplacement (vélo ou marche).

Nous en sommes individuellement et collectivemment responsables. Ces décisions, ou absences de décision, ont toutes des conséquences directes connues, quantifiées : congestion, pollutions, émissions de GES et coûts économiques. En général, ce sont ces éléments  qui sont invoqués pour tenter de faire changer les comportements ou pour justifier d'une certaine pratique. Ils évoquent des considérations individuelles (le coût, le temps perdu) et collectives (congestion, pollutions), et sont liées à des richesses échangeables et quantifiables (notre monnaie) et des richesses uniquement quantifiables (pureté de l'air, temps "perdu ou gagné"). Mais est ce que nous agissons uniquement pour optimiser ces paramètres ? Sommes nous uniquement des économistes comptables ?

Lire la suite

Voiture autonome, carte et Twitter

Libération a publié un article classique sur les voitures autonomes en interrogeant notamment certains constructeurs dont PSA. Quelques extraits : Vincent Abadie, responsable des aides à la conduite chez PSA, annonce pour 2017 « l’introduction dans les gammes Peugeot et Citroën de nouvelles fonctionnalités favorisant l’aide à la conduite et, à l’horizon 2020, l’émergence de voitures fortement automatisées. Quant au véhicule autonome, poursuit-il, ce sera plutôt aux alentours de 2025».

La seconde citation est plus intéressante : «La Google Car est équipé d’un Lidar sophistiqué mais onéreux, ce qui éloigne ce véhicule du monde de l’automobile», constate cependant Frédéric Mathis. Même réserve chez PSA où Vincent Abadie note que le prix des équipements embarqués à bord de la Google Car a été estimé à près de 500 000 euros. «Difficile donc d’industrialiser ce type de modèle en grande série,explique-t-il, d’autant que la voiture autonome de Google ne fonctionne que par apprentissage : elle ne peut circuler que sur un itinéraire déjà cartographié. Et on ne peut pas cartographier toute la planète.»

Cette dernière phrase indique plusieurs choses : Google a choisi une voie qui a peu de chance d'aboutir, la cartographie est l'élément clé et il n'est pas généralisable. Mais en est-on sûr ? Un petit tweet :

Lire la suite

Séminaire Mobilités Mutations, Prospectives 2015 à 2065

Après avoir identifiés des défis, les participants du séminaire Mobilités Mutations se sont groupés en équipes. Ils ont décrit et dessiné des futurs, une des premières étapes pour raconter des histoires et des fictions (lire les 6 fictions des Transports du Futur). De 2015 à 2065 … 

Les jugez vous probable ? souhaitable ?

Sur une page, quel est, pour vous, un futur crédible et souhaitable ?

Cyberespace, Sérendipité et Art de la guerre, Quels seront nos futurs ?

La première MétaNote rédigée en 2007 (et publiée sur ce blog en 2009), N°0 – L'origine, proposait plusieurs prévisions. Tout d'abord l'irruption du numérique en tant que facilitateur, disrupteur du secteur historique des transports. Le développement de services de mobilités portés par le numérique était proposé, engendrant de nouvelles expériences, puis de nouveaux comportements, et bientôt de nouveaux rêves. Bien sûr le statut social de l'automobile et les pseudo-libertés qui lui sont associées, nous sommes et serons surveillés. De nouveaux acteurs, sans usine, pensent services, fonctionnalités et scalabilité. Ces prévisions se sont réalisées, elles sont visibles (lire l'article Le numérique remet tout en cause). Mais elles ne traduisent pas les principaux changements qui opérent aujourd'hui. Elles ne sont que l'écume des vagues. Il faut se préparer à des courants plus profonds. Tenter de les esquisser pour revenir à soi-même : quelles formations, cultures et richesses pour voir, comprendre, agir et être heureux dans le chaos ?

Lire la suite