Archives pour la catégorie art de la guerre

Dongfeng/PSA et Facebook/WhatsApp

En même temps, Dongfeng injecte 800 Millions d'euro et Facebook rachète WhatsApp 16 Milliards d'euro. Ces deux évènements ont lieu. Jouant probablement dans deux mondes différents. En tout cas, ce sont deux visions du monde qui vient. La première Alliance tente de prolonger une économie de la rareté, utilisant des ressources finies pour des marchés à remplir. La seconde met en oeuvre des ressources immatérielles (appuyées sur des techniques et des investissements lourds), des ressources infinies pour des expériences à inventer.

16 milliards pour des abeilles

Pourquoi investir 16 milliards dans un réseau de messagerie instantanée ? Est ce que "ça les vaut" ? Pour tenter d'analyser cela, il faut penser comme les acteurs du numérique. Yann Moulier Boutang a théorisé ce mode de fonctionnement par l'économie de la pollinisation. La valeur de l'Abeille n'est pas uniquement dans le miel et la cire mais dans la pollinisation. Et c'est bien cela que Facebook a acheté : des abeilles.

Lire la suite

Cyberespace, Sérendipité et Art de la guerre, Quels seront nos futurs ?

La première MétaNote rédigée en 2007 (et publiée sur ce blog en 2009), N°0 – L'origine, proposait plusieurs prévisions. Tout d'abord l'irruption du numérique en tant que facilitateur, disrupteur du secteur historique des transports. Le développement de services de mobilités portés par le numérique était proposé, engendrant de nouvelles expériences, puis de nouveaux comportements, et bientôt de nouveaux rêves. Bien sûr le statut social de l'automobile et les pseudo-libertés qui lui sont associées, nous sommes et serons surveillés. De nouveaux acteurs, sans usine, pensent services, fonctionnalités et scalabilité. Ces prévisions se sont réalisées, elles sont visibles (lire l'article Le numérique remet tout en cause). Mais elles ne traduisent pas les principaux changements qui opérent aujourd'hui. Elles ne sont que l'écume des vagues. Il faut se préparer à des courants plus profonds. Tenter de les esquisser pour revenir à soi-même : quelles formations, cultures et richesses pour voir, comprendre, agir et être heureux dans le chaos ?

Lire la suite

Ralentir la ville pour de nouvelles expériences de mobilité

La recherche de la vitesse a guidé les
politiques de mobilité, sans résoudre l'engorgement et la congestion des villes
ni réduire les usages de la voiture individuelle. Comment changer de paradigme
et développer des politiques de mobilité pour ralentir dans la ville? Quels
changements sont nécessaires pour réellement développer l'usage du vélo ou de
la marche ? Le ralentissement s'accompagne-t-il d'une meilleure fluidité ?

La vitesse est bien entendu un élément stratégique essentiel car il structure aujourd’hui le rapport de force dans la rue aujourd’hui (lire Et si le vélo reprenait sa place dans la bataille de la rue). Il hiérarchise les positions en donnant accès à la seule richesse : le temps. Arnaud Passalacqua indique dans son ouvrage La Bataille de la route que la principale stratégie consiste effectivement à s'assurer un territoire rigide et bien à soi. Donc à abandonner ce qui caractérise les systèmes de mobilité : leur souplesse. Ce livre intéressant propose une plongée dans le monde violent de la mobilité, sur tous les territoires. Enjeu de la bataille, l'espace public, voit se nouer alliances et oppositions entre les modes de transport.


Screen-shot-2012-10-11-at-12.08.21-PM2

Lire la suite

Robotisation, automatisation des véhicules en 2020. Qui sera le Patagonia de l’automobile ?

Patagonia expérimente le futur de l'automobile (lire les MétaNotes N°14 L'avenir de l'automobile). La marque propose à ses clients de moins consommer, de moins acheter ses produits, de les réparer, de les échanger.   

112811_NY-Times-main_2_F11
Pur marketing pour certains, tout simplement une question de survie pour d'autres. Ayant compris que rapidement, l'entreprise devra s'organiser pour proposer des produits "beauxbons et vrais" (lire l'origine du concept), Patagonia préfigure sans doute l'avenir du commerce de biens industriels. avec l'arrivée promise de nouveaux types de véhicules autonomes, les chaînes de valeur des mobilités vont être bouleversées ouvrant d'immenses opportunités et de grands risques.

Lire la suite

Light foot print strategy (english)

The article
of
 Charles Edward Ring, member of the Executive Committee of Roland Berger in Les Echos, is interesting. It develops
an analogy between the U.S. military strategy and the company's future. Taking
the idea that military organizations prefigure the future (see or review on
this many elements in Transit City). Try to apply these trends to the fields of
mobility and transport companies.

Skills
selected for this future are “VUCA”: Volatile, Uncertain, Complex and
Ambiguous
. These concepts have been mentioned several times in this blog (see
in particular the MetaNote 11 Introduction to complex thought). Given these
elements, the strategy can be summed up by "light foot print":
increase agility, adaptability to future unknown, the learning of new techniques
and new environments quickly, form yourself continuously. The proposed seven
principles describe in MetaNote 1 to survive across crisis. On the contrary, all
wars yesterday were based on pyramidal structures and heavy equipments. Thus
the light becomes the main feature, and the footprint the symbol.

Specifically,
this strategy results in three actions: Drone, Special Forces and cyber
attacks
. A fourth element seems necessary: Spy. How can we translate these
strategic choices in the industrial world ?

Lire la suite

Light foot print strategy

L’article de Charles Edouard Bouée, membre du comité
executif du cabinet Roland Berger dans les Echos, est intéressant. Il développe
une analogie entre la stratégie militaire américaine et l’entreprise de demain.
Reprenant l’idée que les militaires préfigurent les organisations du futur
(voir et revoir sur ce point les nombreux éléments de Transit City). Tentons
d’appliquer ces tendances aux domaines des mobilités et entreprises de
transports.

Les qualifications retenues pour cet avenir sont VICA :
Volatil, Incertain, Complexe et Ambigu. Ces notions ont été mentionnées à
plusieurs reprises dans ce blog (lire notamment la MétaNote 11 Introduction à la pensée complexe).
Devant ces éléments, la stratégie retenue se résume par « light foot
print
 » : augmenter son agilité, sa capacité d’adaptation à des
futurs inconnus, sa rapidité d’apprentissage de nouvelles techniques et
nouveaux environnements, se former en permanence. La MétaNote 1 proposait 7 principes pour survivre aux crises. Tous les contraires des guerres d’hier fondées sur des
structures de commandement et des moyens lourds. Ainsi la légèreté devient la
principale caractéristique, et l’empreinte le symbole.

Concrètement, cette stratégie  se traduit par trois actions : Drone, Forces
spéciales et cyberattaques
. Une quatrième élément semble nécessaire :
Espion. Comment peut-on traduire ces choix stratégiques dans le monde
industriel ?

Lire la suite

Economie collaborative et Intelligence collective, et si l’Ordre Marchand reprenait la main ?

Nous entrons dans un nouveau système d'échanges, basé sur de nouvelles formes de relation entre individus rendues possible par le numérique. De nouvelles formes d'intelligence collective accessibles désormais à de collectifs en grand nombres, se positionnent comme des alternatives crédibles aux structures traditionnelles de l'Ordre Marchand. De nouveaux champs de recherche se créent pour étudier cela (MIT, CI lab, CIRI), de nouveaux modèles d'affaires naissent. Mais rien n'est établi. La promesse de ce nouvel équilibre n'est pas garantie.

La Foule, au sens de la Multitude (proposé dans le livre l'âge de la Multitude, voir ici mes notes et extraits), pourrait accéder à un niveau de connaissance inédit, à de nouveaux pouvoirs, à de nouveaux rôles en matière de créations industrielles, artistiques, politiques (comme un do-tank) ou sociales. Mais les techniques mises en oeuvre, notamment l'exploitation des Big Data pourraient dépasser la Foule. Individuellement, nous n'apprenons pas assez vite à exploiter le potentiel offert par le déluge de données, et nous n'avons pas d'autres solutions…

Alors, cette implication des citoyens, ces crowdX, ces solutions participatives ne seraient qu'un nouveau moyen à disposition de l'Ordre Marchand pour accéder à de nouveaux marchés, de nouveaux modèles d'affaires.

Lire la suite

Quel équipage explore aujourd’hui votre avenir ? vos prochains modèles d’affaires ?

Quels que soient vos produits ou services actuels, ils devront évoluer, s'adapter jusqu'à se transformer totalement. De nouvelles organisations ignorent les chaînes de valeur existantes, industrialisent de nouvelles expériences, au plus près de l'intimité des consommateurs, leurs donnent envie de travailler, de produire, de créer sur leur plateforme pour en capter une partie de la valeur. Ils y parviennent puisqu'ils ressentent parfaitement le monde qui vient, basé notamment sur la cocréation de la valeur avec les utilisateurs. Reprenant l'âge de la multitude, ce sont des entreprises sensitives : "L’entreprise sensitive peut percevoir les aspirations diffuses, se
couler dans les conversations, personnaliser son offre, accompagner
l’intimité de ses clients".

Lire la suite

1ère étape, la voiture connectée par IBM – 2ème étape Ingress par Google

IBM, dans son dernier Executive Report Transforming Retail / Engaging customers through information, influencers and interactions, propose aux industries "historiques" du monde automobile d'intégrer 4 nouvelles dimensions à leurs produits : differenciation de rupture, expérience connectée, innovation sociale et plate-forme d'intermédiation pour de nouveaux services. Rappelant que l'objet automobile est toujours vendu de la même façon depuis 100 ans, IBM souligne qu'il serait bon d'évoluer pour satisfaire le consommateur connecté d'aujourd'hui et de demain.

Détaillons, pour bien les comprendre, les 4 points qui devrait faire de la voiture, ce nouvel objet connecté moderne … Puis nous nous appuyerons sur Ingress pour voir que ces propositions sont déjà "dépassées", elles sont nécessaires mais non suffisantes. Le tissage des mondes physiques et numériques est déjà passé à l'étape suivante. Pour de plus en plus de personnes, les échanges sur les réseaux sociaux numériques sont bien réels, et, dans le domaine des transports, les sensations offertes par la réalité augmentée et les jeux sont souvent supérieures à celles vécues dans la circulation quotidienne.
Des acteurs vont déjà proposés des expériences utilisateurs encore plus … plus connectées, plus inédites, plus complexes, plus … Mais pour atteindre ce niveau 2, il faut déjà maîtriser les fondamentaux.

Lire la suite

Nokia pourrait préfigure l’avenir de plusieurs constructeurs automobiles : « la guerre des produits est devenue la guerre des écosystèmes »

En début d'année, le patron du géant finlandais Nokia, leader mondial des téléphones mobiles, vient d'inviter son entreprise à une courageuse autocritique.

Dans une note envoyée à l'ensemble du personnel, Stephen Elop reconnaît qu'Apple et Google ont pris au dépourvu le monde des mobiles en adoptant une logique d'innovation, qu'il décrit ainsi : "La guerre des produits est devenue une bataille entre écosystèmes ; ceux-ci incluent, non seulement les matériels et les logiciels, mais aussi les développeurs, les applications, les commerces en ligne, la publicité, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les services liés à la localisation, l'unification des communications et bien d'autres choses… Nos concurrents ne nous prennent pas nos parts de marché avec des produits mais avec tout un écosystème."

Lire la suite