Archives pour la catégorie art de la guerre

Quel équipage explore aujourd’hui votre avenir ? vos prochains modèles d’affaires ?

Quels que soient vos produits ou services actuels, ils devront évoluer, s'adapter jusqu'à se transformer totalement. De nouvelles organisations ignorent les chaînes de valeur existantes, industrialisent de nouvelles expériences, au plus près de l'intimité des consommateurs, leurs donnent envie de travailler, de produire, de créer sur leur plateforme pour en capter une partie de la valeur. Ils y parviennent puisqu'ils ressentent parfaitement le monde qui vient, basé notamment sur la cocréation de la valeur avec les utilisateurs. Reprenant l'âge de la multitude, ce sont des entreprises sensitives : "L’entreprise sensitive peut percevoir les aspirations diffuses, se
couler dans les conversations, personnaliser son offre, accompagner
l’intimité de ses clients".

Lire la suite

1ère étape, la voiture connectée par IBM – 2ème étape Ingress par Google

IBM, dans son dernier Executive Report Transforming Retail / Engaging customers through information, influencers and interactions, propose aux industries "historiques" du monde automobile d'intégrer 4 nouvelles dimensions à leurs produits : differenciation de rupture, expérience connectée, innovation sociale et plate-forme d'intermédiation pour de nouveaux services. Rappelant que l'objet automobile est toujours vendu de la même façon depuis 100 ans, IBM souligne qu'il serait bon d'évoluer pour satisfaire le consommateur connecté d'aujourd'hui et de demain.

Détaillons, pour bien les comprendre, les 4 points qui devrait faire de la voiture, ce nouvel objet connecté moderne … Puis nous nous appuyerons sur Ingress pour voir que ces propositions sont déjà "dépassées", elles sont nécessaires mais non suffisantes. Le tissage des mondes physiques et numériques est déjà passé à l'étape suivante. Pour de plus en plus de personnes, les échanges sur les réseaux sociaux numériques sont bien réels, et, dans le domaine des transports, les sensations offertes par la réalité augmentée et les jeux sont souvent supérieures à celles vécues dans la circulation quotidienne.
Des acteurs vont déjà proposés des expériences utilisateurs encore plus … plus connectées, plus inédites, plus complexes, plus … Mais pour atteindre ce niveau 2, il faut déjà maîtriser les fondamentaux.

Lire la suite

Nokia pourrait préfigure l’avenir de plusieurs constructeurs automobiles : « la guerre des produits est devenue la guerre des écosystèmes »

En début d'année, le patron du géant finlandais Nokia, leader mondial des téléphones mobiles, vient d'inviter son entreprise à une courageuse autocritique.

Dans une note envoyée à l'ensemble du personnel, Stephen Elop reconnaît qu'Apple et Google ont pris au dépourvu le monde des mobiles en adoptant une logique d'innovation, qu'il décrit ainsi : "La guerre des produits est devenue une bataille entre écosystèmes ; ceux-ci incluent, non seulement les matériels et les logiciels, mais aussi les développeurs, les applications, les commerces en ligne, la publicité, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les services liés à la localisation, l'unification des communications et bien d'autres choses… Nos concurrents ne nous prennent pas nos parts de marché avec des produits mais avec tout un écosystème."

Lire la suite

Première bataille visible dans la mutation en cours de l’écosystème Mobilité

Dans un article paru dans les Echos, Le syndicat de loueur Ulpro (Ada, Europcar, France Cars) veut obtenir l'annulation par la justice du contrat Autolib', accusé de concurrence déloyale.

Dans la bataille pour la mobilité urbaine, les loueurs traditionnels de voitures voient d'un mauvais oeil la concurrence d'Autolib'. Le syndicat professionnel Ulpro -Union des loueurs professionnels, où l'on retrouve notamment Ada, Europcar et France Cars -a décidé de porter l'affaire en justice. Le but : obtenir l'annulation de l'appel d'offres de la Mairie de Paris, qui a attribué au groupe Bolloré le marché de location de voitures électriques en libre service. L'Ulpro doit déposer début mai un premier argumentaire devant le tribunal administratif et devrait concentrer ses attaques sur certaines failles supposées du contrat de délégation de service public.

A l'origine, Ada faisait pourtant partie des quatre prétendants sélectionnés pour concourir, aux côtés de Bolloré, du consortium Vinci-SNCF-RATP et du groupement mené par Veolia Transports. « Mais Autolib' est devenu un problème, car deux éléments ont changé fondamentalement le projet initial », explique Nicolas Rousselet, le PDG de Groupe G7, dont Ada est une filiale. Le dirigeant pointe tout d'abord le fait que « le gagnant mette 800 agents d'accueil. C'était censé être du libre-service, mais ça ressemble furieusement à un réseau de location de voitures de courte durée ».

Par ailleurs, les loueurs dénoncent le fait que le groupe Bolloré ait obtenu « 50 millions d'euros d'aides de la Mairie de Paris, 130 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement et 70 millions des collectivités franciliennes pour son véhicule électrique. Forcément, il est plus facile de couvrir les pertes occasionnées par le service Autolib' », souligne Nicolas Rousselet. Tous ces éléments font dire aux loueurs traditionnels qu'Autolib' « est un service public qui va se substituer à un service déjà fourni sans subventions par des opérateurs privés », ce qui les amène à parler de « concurrence déloyale », selon le patron de Groupe G7.

Le dirigeant en veut notamment pour preuve le faible prix payé par Autolib' pour garer ses voitures sur la chaussée publique (750 euros par an et par place), « alors que le stationnement des véhicules de location traditionnels est durement sanctionné en centre-ville ».

Cette première bataille de différents acteurs montre le chemin à parcourir. Les différents acteurs en place doivent "bouger", prendre d'autres places stratégiques, tout en se protégeant, et en partageant des données, objets et services pour aller vers des solutions multimodales. Cette situation, à priori paradoxale, dans laquelle il faut, à la fois, partager des données et se protéger, peut conduire voir apparaître des aggrégateurs qui seront capables de recréer les données manquantes, d'obliger, parce qu'ils auront une position centrale, les fournisseurs de service "unitaire" à collaborer.

Véhicules électriques : Le(s) choc(s) à venir

Le marché automobile de l'OCDE est globalement saturé, sous de fortes contraintes environnementales, sociales, et subissant de fortes congestions. Des transitions générationnelles opèrent dans plusieurs milieux sociaux, la possession d'un véhicule individuel n'est plus nécessaire pour devenir adulte (voir ici). Les constructeurs mondiaux de ces pays (re)naissent dans les zones à forte croissance : Amérique du sud, Inde, Chine et Russie, tout en conservant des attaches d’origine qui représente(ro)nt environ 50% de leurs ventes (voir ici). Après avoir regardé du coté de l'économie du véhicule électrique, en considérant le système global de la mobilité (voir ici), quel rôle majeur pourrait jouer la Chine ?

Le cas de la Chine diffère notamment par sa structure politique nationale et la mise en oeuvre d'une stratégie (unique). Devenant le premier marché au monde, il faut donc y être avant tout pour des questions de volume de vente. Ainsi, par exemple, Mercedes Benz a augmenté ses ventes de 105% en 2009… Mais également pour des questions d’approvisionnement en batterie, organe stratégique des prochaines années.

Comme développé par B.Jullien du GERPISA, le gouvernement chinois s’organise pour que ces industries naissantes se développent, accèdent aux premières places internationales notamment dans le domaine électrique-hybride, tant pour les constructeurs que pour les équipementiers. La position de suiveur va se muter en leader mondial, laissant aux autres constructeurs étrangers des opportunités de joint venture.

Lire la suite

Blog et réseaux sociaux, aujourd’hui et demain

Dans un article des Echos, il est présenté quelques exemples de « prise en compte » des réseaux sociaux. Impossible de ne pas y être pour ces multinationales, mais nous ne sommes qu’au début d’un bouleversement des jeux d’acteurs. La mise en marche de collectif d’usagers, de consommateurs, l’accès à des informations groupées d’incidents, de pannes sur des produits, permettront dans peu de temps de structurer, voir de professionnaliser les actions des consommateurs. Pour de simples questions jusqu’à des actions de lobby. Dans certains cas, comme cela vient d’arriver à Nestlé et Unilever (voir ici et ), certains consommateurs organisés via des ONG ou d’autres formes d’organisation piloteront certaines décisions stratégiques de l’entreprise. Encore faut-il s’y préparer…

 

Lire la suite

Les ennemis de mes ennemis, ou Business is business…

Alors que GM, Ford, Hyunadai et Chrysler offrent une prime pour l’achat d’un véhicule si on met à la casse une Toyota, le gouvernement américain a officialisé jeudi l'ouverture d'une enquête sur de possibles dysfonctionnements des freins de la Prius. Cette enquête fait suite à des cas «de perte momentanée des capacités de freinage sur des surfaces accidentées, des bosses ou des nids-de-poule», précise l'organisme. La NHTSA affirme avoir reçu 124 plaintes de consommateurs, «dont quatre ont fait part d'accidents». Un cabinet d'avocats a par ailleurs indiqué jeudi avoir déposé une plainte en nom collectif dans un tribunal du Colorado, accusant le constructeur d'avoir dissimulé le problème depuis plusieurs années.

Il est fort probable dans une société qui devient de plus en plus connectée, « twittée », les plaintes des consommateurs de ce type puissent se structurer plus rapidement, plus finement au-delà des frontières des pays. Est-ce qu’alors, il existera une taille critique au-delà de laquelle il serait bon de ne pas aller pour être capable de maîtriser totalement la fiabilité des produits ?

 

Lire la suite