Archives pour la catégorie credit carbone

Et si la richesse n’était pas synonyme de plus ? La monnaie des économies de CO2

Le crédit Mutuel Arkéa via la société 450 lance le compte épargne CO2 pour les particuliers. 450 est une jeune entreprise innovante immatriculée au RCS de Brest qui a inventé le produit nommé « Compte épargne CO2® ». La vision et la volonté de 450 est d'encourager et d'inciter positivement les citoyens à réduire leurs émissions de CO2 en récompensant les baisses d'émissions. 450 a reçu l'agrément de l'Etat pour distribuer ses « kgs de CO2 Kyoto » aux entreprises et aux ménages qui réduisent leurs émissions. 450 a choisi de s'appuyer sur le Protocole de Kyoto, actuellement en cours de renégociation, car il est un instrument juridique international puissant qui permet d'agir concrètement contre le changement climatique dès aujourd'hui.

Les offres des partenaires pour utiliser le CO2 évité sont déjà . Bref le dispositif est opérationnel, simple. Il met en oeuvre un mécanisme inédit : l'évitement permet la croissance, réduire sa consommation faire croître ses richesses, la richesse n'est plus synonyme de plus mais de moins. La croissance n'est donc plus mais moins

Lire la suite

Publicités

Contribution de l’ADEME aux visions énergétiques 2030 & 2050

Cette année 2012 a notamment été consacrée à l'élaboration de visions énergétiques pour tous les secteurs dont les Transports. Ces projections aux horizons 2030 et 2050 ont été construites selon des méthodes spécifiques détaillées dans le document ci-dessous.

Pour la mobilité des voyageurs et le transport de marchandises, des approches systémiques ont été mises en oeuvre. Des gisements importants d'économies d'énergies sont accessibles dans les technologies, mais également dans les usages. Un paramètre clé a évolué : le remplissage des véhicules. En associant progrès techniques et en augmentant le remplissage des véhicules (lourds et légers, personnes et marchandises) nous sommes capables d'atteindre le facteur 4. L'atteinte du facteur 4 nous permet alors d'utiliser massivemment de "nouvelles" énergies pour les transports : Biogaz, GNV, biocarburants liquides 2ème génération et électricité.

Faire du remplissage au objectif de recherche majeur

Dès lors il faut tout engager pour améliorer le remplissage de nos véhicules. Il s'agit de (beaucoup) mieux utiliser les flux de sièges libres qui circulent. Tous les services de mobilités y participent. Tous les modes collectifs y participent. Tous les modes actifs y participent. Il faut sortir progressivement de la possession exclusive de l'automobile. Une 3ème voie est proposée dans cet exercice de prospective : La voiture servicielle, celle qui va lier tous les modes.

Cette 3ème voie est le fruit de nombreux échanges engagés depuis près de 4 ans avec tous les acteurs. Elle se retrouve dans de nombreux documents de stratégie rédigés dans des instances nationales : PIPAME (pdf et ppt), Centre Analyse Stratégique, Académie des Technologies et dernièrement CESE

Le numérique permet d'abaisser de nombreuses barrières et rend les objectifs, inscrits dans la vision ADEME, crédibles et souhaitables. Les usages "intelligents" de l'automobile et la multimodalité doivent devenir des sujets de recherche tout aussi soutenus et nobles que la voie technologique.

Lire la suite

Hackers Steal Millions In Emissions Certificates

Phishing For Carbon: Hackers Steal Millions In Emissions Certificates.

Credit card numbers? Please. Medical records? Booooring. The modern hacker knows that the real money’s in carbon emission trade credits. No, seriously: A recent phishing expedition of carbon-emitting companies in Europe, New Zealand and Asia reaped over $US4 million.

The hackers sent emails to 2000 companies in Germany alone, claiming to be from the German Emissions Trading Authority, which keeps track of carbon credits and transactions. The email requested that the companies re-register their accounts, and the information the duped employees provided was then used – you guessed it – to access the companies’ GETA accounts and and clean them out.

It’s unclear who the thieves sold the credits to, but the buyers are assumed to have thought they were making a legal transaction. And it’s also possible to see how it would have taken some time to see that something was amiss: Four million bucks is a lot of money, but it’s a drop in the bucket of $US130 billion of CO2 emissions that were traded in Europe last year.

So remember, kids: Lock up your gasses. People will steal just about anything these days.