Archives pour la catégorie philanthropie

Il parait que Pepsi pourrait financer des motos hybrides …

Déjà mentionné dans une précédente note, Pepsi a décidé de ne pas présenter de publicité pendant la mi-temps du SuperBowl. Résultat : 20 millions de dollars d'économies ! Pepsi lance alors Refresh Everything, une campagne de soutien à des projets issus des citoyens.

Le détail est présenté ci dessous. Ainsi, le 1 avril une partie du budget (1.3 million de $) sera investi dans plusieurs projets dont une moto hybride …

Lire la suite

Transit 2.0 ?

Et si les gares, les quais, et finalement toutes les zones de transit ressemblaient de plus en plus à ça : action commerciale à l'évidence, et après ?

Les quais concernés sont St Lazare (ligne 12 en direction de Porte de la Chapelle), la station Champs Elysées Clémenceau (ligne 13 direction Châtillon) et les stations Concorde et Opéra sur la ligne 8 en direction respective de Créteil et Balard.


Lire la suite

Après la microfinance, la microphilanthropie ?

Pourquoi s'intéresser à la philanthropie dans la mobilité (déjà un peu abordé ici) ? Parce qu'en agissant du coté de l'offre (industries) et de la demande (consommateur), elle pourrait permettre de faire pénétrer massivement des solutions aujourd'hui marginales en s'intéressant aux plus faibles et en restaurant du lien social. Mais aussi parce qu'elle va se fondre dans la communication des entreprises, parce que le don et le produit seront vendus ensemble, nous avons tous intérêt à bien comprendre cette philanthropie 2.0, sujet central du blog La Fontaine de Pierre. Il faudra ensuite tenter d'en prévoir les effets, les limites, les risques et les opportunités.

Du grec philos (ami), et anthropos (homme), la philanthropie est la philosophie ou doctrine de vie qui met l'humanité au premier plan de ses priorités. Un philanthrope cherche à améliorer le sort de ses semblables par des multiples moyens, et ce de manière désintéressée.

Lire la suite

3000 euros d’option dans une twingo ?

Cela ne risque pas d’arriver à court terme. Par contre, c’est le montant moyen dépensé par chaque client de Mini, véhicule qui possède environ la même taille qu’une twingo pour un prix double. Pourquoi ? La personnalisation voyons ! Tous les marketeurs professionnels vous le diront, les clients veulent de plus en plus des produits uniques, « customisés », avec par exemple, un compteur central en 3D ou un générateur de bruit … Ce type d’automobile devient progressivement comme l’industrie du vêtement, en renouvellement permanent, et d’ailleurs des Mini ont été griffés par des grands couturiers.

De façon plus générale, une marque a tendance à vendre un Univers, un monde parallèle dans lequel le client se trouve « chez lui ou avec des semblables ». Les produits dits dérivés sont donc naturels : casquettes, sacs, skis, et demain ? Fusionnant les vecteurs de communication, Mini pourrait financer des films sans aucun lien sur l’automobile pour présenter subrepticement quelques concepts cars, quelques produits historiques ou plus tard, ses actions philanthropiques dans l’art, le commerce équitable ou le actions humanitaires.

 

Lire la suite

De l’urgence d’une anticipation stratégique & prospective dans les secteurs d’activités arrivés à maturité…

Article issu du blog de R.Duringer, l'observatoire des tendances …

Nous savons grosso modo que tous nos clients [B to B, B to C, C to C, etc] qu'ils soient dans la sphère marchande ou non marchande vont traverser une décennie avec des changements brutaux : pénurie de nombreuses ressources naturelles, dérèglement climatique, montée du pouvoir chinois et indien, fracture sociale accrue, baisse des revenus, allongement de la durée de vie et vieillissement massif de la population, précarité économique, développement des free lance/main d'œuvre flottante, dématérialisation, fragmentation sociale, relocalisation, régulation & hyper contrôle, etc. Il y a une redistribution des cartes au niveau planétaire, avec des tensions certaines pour les pays occidentaux comme la France. Le capitalisme n'est plus occidental… et devenir agile ne va pas être un effet de mode, mais une règle pour survivre. Donc, il est urgent d'envisager différents scénarios d'évolution, avec des changements brutaux pour tous les secteurs d'activité en fin de cycle.

Lire la suite

La puissance des réseaux sera-t-elle suffisante ?

Malgré le titre, nous ne parlerons pas ici des réseaux électriques et de la diffusion des véhicules du même nom, mais des réseaux sociaux. Quels liens avec la mobilité et les transports ?

Des tendances, puis des annonces, des business angels puis des fonds d'investissements, des start-up puis des multinationales, l'arrivée d'opérateur de mobilité semble se concrétiser. Le marché est là (des automobilistes déçus et/ou contraints …), les technologies sont là, les acteurs se préparent, et les attentes sont immenses, et certainement contradictoires : bénéfices environnementaux pour les uns, bénéfices économiques pour les autres.

Pour autant, une fois passé les solutions d'autopartage (plus ou moins) subventionnées, les offres complémentaires aux TC, les services de mobilité se développeront-ils massivemment pour offrir une réelle alternative au déplacement autosoliste ? Et si finalement, le peer to peer devenait, aussi en matière de mobilité, un moyen puissant de collaboration ?

Lire la suite

La responsabilité sociale de l’entreprise et les TIC

La responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE) est un concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire.

La RSE résulte de demandes de la société civile (ONG, associations) d'une meilleure prise en compte des impacts environnementaux et sociaux des activités des entreprises, qui est née, notamment, des problèmes d'environnement globaux rencontrés depuis les années 1970.

La RSE est la déclinaison pour l'entreprise des concepts de développement durable, qui intègrent les trois piliers environnementaux, sociaux, et économiques. Elle a été à l'ordre du jour du sommet de la Terre de Johannesburg en 2002, auquel ont participé de grandes entreprises, en particulier françaises, des secteurs de l'environnement et de l'énergie.

La définition européenne permet de mettre en valeur les points suivants :

  1. La RSE couvre les matières sociales et environnementales malgré le terme anglais de corporate social responsibility,
  2. La RSE n'est pas et ne devrait pas être séparée de la stratégie et des opérations commerciales : puisqu'il s'agit d'intégrer les préoccupations sociales et environnementales dans ces stratégies et opérations.
  3. La RSE est un concept volontaire.
  4. Un aspect important de la RSE est la manière dont les entreprises interagissent avec leurs parties prenantes internes et externes (employés, clients, voisins, ONG, autorités publiques, etc.).

En pratique, la RSE concerne l'intégration volontaire par les entreprises de leur rôle social, environnemental, et économique. Elle couvre, par exemple, la qualité globale des filières d'approvisionnement, de la sous-traitance, le bien-être des salariés, l'empreinte écologique de l'entreprise, etc.

Chaque société cotée dispose d'une entière liberté méthodologique pour remplir son obligation. Cette liberté tient à la spécificité de chaque entreprise dans la description de ses activités et ses impacts en termes qualitatifs qui déterminent la grille quantitative.

L'entreprise doit ainsi fournir des informations concrètes et si possible quantifiées :

  • sur le pilier environnemental (compatibilité environnementale, réalisation d'objectifs quantitatifs, etc.)
  • sur le pilier social (accidents, lutte contre les discriminations par exemple, engagements en matière de formation, etc.).

Pour renforcer l'objectivité des rapports, des sociétés d'audit et de notation sociale se sont créées pour vérifier la véracité de ces données et des méthodes pour les établir. Les commissaires aux comptes sont également signataires de rapport d'examen sur les indicateurs sociaux et environnementaux outre les indicateurs comptables et financiers permettant d'apprécier la qualité de l'information rapportée.

Les premiers retours d'expérience de 2005 indiquent que malgré des formats différents et des hésitations sur le contenu informationnel des rapports environnementaux et sociaux, les sociétés françaises du CAC 40 (grandes entreprises) ont dans 90 % des cas appliqué la loi. Pour s'assurer de la fiabilité de ces rapports, plus de 53 % d'entre elles les font vérifier par un cabinet d'audit. Au-delà de la contrainte légale, l'affichage d'objectifs stratégiquement validés peut être une source de productivité économique, d'efficacité sociale et d'éco-compatibilité environnementale. 2009 est peut-être une année de basculement pour le CAC 40. Pour Caroline de La Marnierre, Présidente de Capitalcom avec une nouvelle étude parue en décembre : « La forte montée en puissance de la prise en considération des enjeux extra-financiers aux plus hauts niveaux hiérarchiques des entreprises, depuis 2 ans, démontre que l’on s’achemine à grands pas vers la convergence des stratégies financières et extra-financières. Le reporting ne se restreint donc plus aux seuls résultats financiers, car de plus en plus d’entreprises communiquent sur des objectifs sociaux et environnementaux chiffrés. 5 groupes se révèlent même exemplaires et précurseurs, notamment en indexant une part de la rémunération des managers sur des critères extra-financiers et en instaurant au sein du Conseil d'administration un comité en charge de la stratégie de Développement Durable : GDF SUEZ, Danone, Total, Lafarge et Suez Environnement »

Et pourtant jusqu'à présent cette communication institutionnelle est relativement éloignée du consommateur, notamment au moment de son acte d'achat. Peut-on raisonnablement connaitre, pour les produits que nous consommons, les différents bilans ou indicateurs ? En admettant que ces informations soient disponibles, comment peut on les aggréger avec le prix ou d'autres critères (bio, commerce équitable…)  ?

Le couple internet/smart phone apportera les bons indicateurs au bon moment en tous lieux. Pour cela, des nouveaux outils, de nouveaux métiers pourraient apparaitre : développer et proposer aux consommateurs des robots numériques. Ces robots scruteront, selon les choix définis par le consommateur, les données disponibles sur internet, identifieront  les contradictions, feront remonter les indicateurs issus des rapports de RSE, si ils sont cohérents. Ils construiront un indicateur unique par produit en aggrégeant les multiples données collectées selon les préférences définies par le consommateur. Ils guideront alors véritablement les choix, conduisant en retour, les entreprises à véritablement mettre en oeuvre un management complet des bilans environnementaux. Google propose déjà un outil qui participera à cette transition (voir ).

Dans l'entreprise, toutes les actions, les choix, les procédures, les achat devront être revus pour minimiser les consommations/émissions. La mobilité des salariés sera alors, elle aussi, sous contrainte. Des alternatives à l'autosoliste devront être mises en oeuvre, non pas directement pour des raisons environnementales mais pour que l'entreprise affiche les meilleurs indicateurs pour ces produits.