Archives pour la catégorie véhicule propre

Le rôle de l’automobile doit être réinventé (Etude Oliver Wyman) pour construire des services multimodaux (Etude Frost & Sullivan)

Pour les cabinets Oliver Wyman et Frost & Sullivan, l'automobile du futur se questionne essentiellement à travers le futur de l'automobile. Quelle sera la place de cet objet dans les chaînes de mobilité ? quelles évolutions en matière de design, de conception seront nécessaire pour mieux intégrer l'automobile ? Ce rapport rejoint donc parfaitement les propositions et pistes de réflexion de ce blog.

Lire la suite

Guide pour l’achat public de véhicule de transport routier, Application de la Directive Européenne « Véhicule Propre et Econome »

La directive européenne est accessible par ce lien. Un site portail a été développé : Clean Vehicle Portal. Elle permet de coupler les coûts économiques et les coûts dits externes, c'est à dire environnementaux. Le document ci dessous est un guide pour appliquer cette directive en France pour tous les achats publics :

MétaNote N°14 – L’avenir de l’automobile

Recherchons les principales tendances de fond qui ont, jusqu’à présent, structuré les choix. Le passage de la calèche à l’automobile est bien « discret » au sens mathématique, il ne s’agit pas d’une évolution continue. Personne ne pouvait imaginer au départ le formidable potentiel de cette rencontre [Moteur à Combustion Interne + Pétrole] ; nous sommes probablement en train de vivre le même type de transition vers un système plus large et plus complexe. Dès le départ, le chemin choisi [Moteur à Combustion Interne + pétrole] est celui qui comportait le plus de risques, le plus de difficultés mais le plus haut potentiel en matière d’intérêt individuel.

Et si le choix d’investir autant dans ce système [MCI+pétrole] était lié à sa capacité prodigieuse à produire de l’individualisme ? Si cette tendance de fond va se poursuivre, le choix devrait donc se porter sur les solutions technologiques qui maximisent notre « individualisme », c'est-à-dire des capacités à maximiser notre temps libre, à enchaîner de nombreuses actions dans des environnements multiples et complexes. Depuis l’industrialisation de l’internet mobile, il est probable que la maximisation de notre individualisme ne passe plus principalement par le véhicule, l’objet roulant, mais par l’accès à des connaissances et des savoirs qui nous permettront de mieux réaliser nos activités, de maximiser notre temps libre et éventuellement d’accéder au « meilleur » siège libre roulant, le plus adapté au contexte. Après la calèche et l’automobile, quel système sera alors le plus résilient dans le monde de la rareté ?

Lire la suite

Mieux acheter des véhicules propres

La transposition de la Directive Européenne sur les véhicules propres et économes a conduit à la rédaction d'un guide méthologique pour aider les personnes à rédiger les marchés. Cette directive s'applique pour tous les achats publics de véhicules lourds et légers. Elle vise, en intégrant les coûts externes engendrés par les émissions polluantes et les émissions de GES, à pouvoir acheter un véhicule plus cher (d'un point de vue strictement économique) si la somme des coûts externes et des coûts économiques est la plus faible.

Cette directive et le guide associé permettent ainsi de se baser sur des critères de sélection "neutres" d'un point de technologique, et de juger uniquement les performances environnementales et énergétiques des véhicules.

Lire la suite

Et si Citroën inventait avec la nouvelle version de Multicity une brique majeure des Transports du Futur ?

Multicity a été lancé depuis quelques années en proposant dès le départ des solutions multimodales de transports et notamment un assistant numérique permettant d'avoir des informations (temps, coût) pour relier deux points. Multicity permet également d'acheter les titres de transports directement, concurrençant d'une certaine façon Voyage SNCF. 

Le dernier service qui s'intègre à cette palette est particulièrement innovant car il couple plusieurs approches : la location d'un VE (C-zéro) et le partage entre particuliers. Les 2 briques existaient, mais la fusion des 2 présente une synergie et permet de présenter un prix de location de 90 euro/mois.

Ce tarif abaisse une barrière de diffusion du VE en pariant sur le partage. Et c'est précisement là que se situe l'innovation couplée les intérêts individuels (accéder à un VE) et les intérêts collectifs (d'autres personnes pourront l'utiliser). Cette approche double niveau va également s'étendre : comme je peux accéder à un VE sans en posséder un, je retarde ma décision d'achat (voir je l'annule) et j'améliore mes pratiques multimodales – quand je voyage je réplique mes pratiques quotidiennes et imagine plus facilement louer un VE à un particulier à la suite du train – etc …

Lire la suite

Nos systèmes de transport et la révolution numérique, pourquoi cela va tout changer.

En partant d’un exemple possible (présenté lors du séminaire Tuck), la Google car, les possibilités offertes par le numérique montrent des gains sans précédent dans le secteur des transports. Mais pour bénéficier de ces gains, il faudra identifier, comprendre et travailler tous les risques…

Imaginer… Déployer 50 000 robots roulants partagés sur une ville de 500 000 habitants et "supprimer" 200 000 voitures. Techniquement imaginable d’ici quelques années, le robot roulant. Une version existe déjà : Google car. Les mobilités seront équivalentes en véhicule.km mais elles seront beaucoup plus efficaces, rapides, économiques et sûres. L’innovation principale ne viendra pas du robot mais du logiciel d’optimisation de la cohorte de robot sur un territoire étendu. Le robot roulant, hybride entre le transport public-privé-collectif-individuel, sera configurable en fonction des villes, des pays, des infrastructures, des besoins : 2 à 20 places, les clés de répartition (nombre de véhicule à 2 places, à 4 places…) seront-elles aussi fonction des pratiques de mobilité, apprises en permanence par les robots eux-mêmes qui remonteront toutes les données. Ce ne sera plus une automobile, ce sera une plateforme servicielle partagée couplant tous les modes de transports. Le robot roulant sans chauffeur est, en fait, le prolongement des services d’autopartage-covoiturage-taxi… Des sièges libres sont mis en circulation, optimisés dans le seul but d’atteindre des objectifs : mobilité, énergie, coûts …

Lire la suite