Archives du mot-clé automobile

Le rôle de l’automobile doit être réinventé (Etude Oliver Wyman) pour construire des services multimodaux (Etude Frost & Sullivan)

Pour les cabinets Oliver Wyman et Frost & Sullivan, l'automobile du futur se questionne essentiellement à travers le futur de l'automobile. Quelle sera la place de cet objet dans les chaînes de mobilité ? quelles évolutions en matière de design, de conception seront nécessaire pour mieux intégrer l'automobile ? Ce rapport rejoint donc parfaitement les propositions et pistes de réflexion de ce blog.

Lire la suite

MétaNote N°14 – L’avenir de l’automobile

Recherchons les principales tendances de fond qui ont, jusqu’à présent, structuré les choix. Le passage de la calèche à l’automobile est bien « discret » au sens mathématique, il ne s’agit pas d’une évolution continue. Personne ne pouvait imaginer au départ le formidable potentiel de cette rencontre [Moteur à Combustion Interne + Pétrole] ; nous sommes probablement en train de vivre le même type de transition vers un système plus large et plus complexe. Dès le départ, le chemin choisi [Moteur à Combustion Interne + pétrole] est celui qui comportait le plus de risques, le plus de difficultés mais le plus haut potentiel en matière d’intérêt individuel.

Et si le choix d’investir autant dans ce système [MCI+pétrole] était lié à sa capacité prodigieuse à produire de l’individualisme ? Si cette tendance de fond va se poursuivre, le choix devrait donc se porter sur les solutions technologiques qui maximisent notre « individualisme », c'est-à-dire des capacités à maximiser notre temps libre, à enchaîner de nombreuses actions dans des environnements multiples et complexes. Depuis l’industrialisation de l’internet mobile, il est probable que la maximisation de notre individualisme ne passe plus principalement par le véhicule, l’objet roulant, mais par l’accès à des connaissances et des savoirs qui nous permettront de mieux réaliser nos activités, de maximiser notre temps libre et éventuellement d’accéder au « meilleur » siège libre roulant, le plus adapté au contexte. Après la calèche et l’automobile, quel système sera alors le plus résilient dans le monde de la rareté ?

Lire la suite

#KPMG entre 100 et 190 millions de consommateurs de services de mobilité dans les BRIC

Ce rapport de KPMG aborde l'évolution des marchés automobiles en incluant précisement les changements d'usage rendus possibles par les TIC, et la création de valeurs à travers les services de mobilité. Extraits :

"50 % des dirigeants estiment que les contraintes urbaines influencent fortement le design et le mode de financement et d’utilisation des véhicules".

"L’introduction dans nos futurs véhicules urbains d’un nouveau design utilisant des moteurs plus efficaces, des matériaux plus légers, et une technologie permettant de rester connecté en permanence doit s’accompagner du développement de nouveaux services de mobilité. Les jeunes urbains, de moins en moins intéressés par la pleine propriété de leur véhicule et préférant partager celui-ci pour accéder en permanence au meilleur service, sont au cœur de la clientèle visée. Les dirigeants interrogés estiment un marché potentiel pour ces services de mobilité de 110 à 230 millions de clients dans les 15 prochaines années. La Chine offre le marché le plus prometteur, avec 150 villes de plus de 750.000 habitants. Le Brésil est également un enjeu significatif, avec 42% des répondants s’attendant à ce que 25% au moins des urbains utilisent ces services en 2026."

"En réponse aux enjeux de connectivité, 63% des dirigeants anticipent une convergence de l’automobile avec l’industrie des Télécoms, IT, média et divertissement (TIME). A l’horizon 2025, 31,5% des répondants pensent que les constructeurs continueront à contrôler les revenus associés à ces services, contre 24,5% pour les acteurs informatiques, 17% les équipementiers, 15,5% les sociétés issues des médias, et 11,5% les nouveaux acteurs issus de la convergence de ces industries."

"Dans le développement des nouvelles offres de mobilité, les acteurs les plus à même de s’imposer dans la chaîne de valeur ne sont pas encore précisément identifiés. Pour 30% des répondants, les constructeurs devront impérativement s’allier avec d’autres acteurs (loueurs, gestionnaires d’infrastructure, fournisseurs de transport public, etc.)."

Kpmg

Lire la suite

Obésité, quand l’automobile devient un pharmacone

Le choix du mode de transport, ou l'absence possible de choix, impacte notamment la santé. L'obésité ou encore le diabète deviennent alors des traceurs de l'usage excessif de l'automobile. Quand l'automobile devient un pharmacone, à la fois drogue et solution selon la dose. 

Ce sujet du lien santé/mobilité a déjà été abordé dans ce blog sous différents aspects (voir ici). Si les tendances se poursuivent, certains acteurs comme les assurances vont imposer via des systèmes bonus/malus de pratiquer des activités physiques, changer d'alimentation en utilisant massivement des technologies de contrôle pour accéder à certaines données.

Les cartes ci dessous montrent également l'importance de représenter les faits, de croiser certaines données, pour améliorer nos connaissances et donc nos choix. Voir également l'excellent outil Housing+Transportation couplant les données coûts des transports et de l'habitat.

Lire la suite

Co-créer une automobile, pour l’instant cela ne sert à rien mais demain …

Dans la suite de l'article sur le peer-to-peer, un exemple d'outils, de réseau, d'écosystème permettant de co-concevoir un véhicule complet. Le projet c'mm'n (pour common) vient également de cette voie. Le véhicule est alors produit dans des micro-usines (localement), réparable, modifiable, adaptable. Ainsi, par exemple, le DARPA a reçu plus de 30000 contributions pour un véhicule dont le cahier des charges était ouvert à tout le monde (voir ici). Le principe général est détaillé dans cette vidéo :

Lire la suite

La voiture individuelle (une idée bonne pour la casse) reloaded

Reprenant ci dessous les conclusions du très complet article de B.Marzloff de Chronos sur la voiture individuelle : "Les automobilistes sont plongés dans de multiples contradictions, enkystés dans un siècle de pratiques assidues d’un système automobile qui a façonné leur quotidien et redessiné leur territoire. Résultats ? Ils évaluent leur budget automobile à moins de la moitié de sa réalité. Ils se réclament des valeurs de la liberté automobile, oubliant le stress des congestions. Ils célèbrent la résidence à la campagne en se masquant les budgets temps, pollution et économie des servitudes automobiles. Et soulignent, à juste titre, l’absence d’alternatives. Ils réclament furieusement moins de voitures, au moins en ville, depuis longtemps mais persistent dans son usage. En 1998 déjà, La vie du rail titrait en double page, « Les Français sont croyants mais pas pratiquants. » Si les dimensions utilitaires de la voiture prennent le pas sur ses valeurs statutaires et ses promesses imaginaires, tout reste à faire. Mais il semble bien que le « peak car » ne soit plus loin."

Les 8 points listés par B.Marzloff sont justes, le constat est précis, même si de nombreux ménages et entreprises connaissent leur budget mobilité. Néanmoins, la situation actuelle peut se poursuivre si le prix au litre reste sous la barre des 2€ (voir ici). Si cette barre est franchie par effet conjoint du prix du baril et d'ajustement des taxes (venu de l'Europe), nous pourrons observer plusieurs ajustements :

  • des ménages et entreprises incapables de fonctionner "comme avant", conduisant à,
  • une pression sociale forte pour baisser les taxes, ce qui se fera sans doute, conduisant à redonner un peu d'air pour quelques mois,
  • puis, une fois que ces quelques cartouches auront été tirées, la société entrera dans une zone inconnue, hors période de guerre, que je propose d'effleurer ci dessous.

Sous cette contrainte majeure, nous rechercherons des solutions d'adaptation mineures puisque nous n'aurons, au début, trouver aucun degré de liberté au système. Nous pensons que les seules variables d'ajustement sont celles que nous utilisons aujourd'hui. Or, pour en revenir à l'article de B.Marzloff, toutes les solutions de partage ne s'appliqueront qu'à la marge dans ce système, malgré leur potentiel. Dans cette situation, nous observerons clairement l'impact des choix antérieurs des ménages, des entreprises et des collectivités en matière d'aménagement du territoire, de lieux d'habitation ou de mode d'organisation. Des critères comme l'employabilité, l'habitabilité ou la mobilité détermineront les conditions de survie. Des fractures territoriales se rajouteront aux fractures existantes conduisant à l'insularité de nombreuses communes. Pour s'extraire de ce scénario qui arrive, pour exploiter le gisement de progrès apporté par les TIC, les solutions de partage, les aspirations de certains aux changements, tout en maintenant des activités industrielles, je propose de revoir toutes nos certitudes.

Lire la suite

Nokia pourrait préfigure l’avenir de plusieurs constructeurs automobiles : « la guerre des produits est devenue la guerre des écosystèmes »

En début d'année, le patron du géant finlandais Nokia, leader mondial des téléphones mobiles, vient d'inviter son entreprise à une courageuse autocritique.

Dans une note envoyée à l'ensemble du personnel, Stephen Elop reconnaît qu'Apple et Google ont pris au dépourvu le monde des mobiles en adoptant une logique d'innovation, qu'il décrit ainsi : "La guerre des produits est devenue une bataille entre écosystèmes ; ceux-ci incluent, non seulement les matériels et les logiciels, mais aussi les développeurs, les applications, les commerces en ligne, la publicité, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les services liés à la localisation, l'unification des communications et bien d'autres choses… Nos concurrents ne nous prennent pas nos parts de marché avec des produits mais avec tout un écosystème."

Lire la suite