Archives du mot-clé bellanger

Mobilité : qu’est ce qui va vraiment changer ?

C'est pour essayer de répondre à cette ambitieuse question que j'ai été invité par François Bellanger au dernier atelier Transit City avec Sylvaine MAURY, Responsable Innovation Marketing
Services et Digital de Citroën, travaillant notamment sur Multicity. Auparavant, elle fut en charge de la
coordination marketing et innovation de l'Institut pour La Ville en
Mouvement / PSA.

Encore une fois, ces échanges ont été fructueux, essentiels, tant les changements en cours sont profonds, rapides. Mobilités de demain, je retiens particulièrement le besoin de penser symétriquement les imaginaires associés, de travailler également les définitions et les objectifs de ces mobilités. Le fournisseur de mobilité devra donc réfléchir à : comment je souhaite
transformer mon client, comment l'expérience fournie par mon service, mon objet va changer la
personne ?

La mobilité comme expérience transformatrice ?

La rencontre de la personne ou du lieu, la réalisation d'une activité ne sera plus le but unique, ni, peut être, le but principal mais une partie de la transformation de soi.

Ma présentation hyperliée :

 

 

Organiser des crash tests énergétiques dans les territoires

Le Centre d'Analyse Stratégique, dans son rapport sur les mobilités dans les territoires périubains et ruraux, décrivait un scénario noir possible dès 2015 : le risque de l'inaction.

-        une proportion élevée de ménages résidant dans les territoires à faible densité ne pourrait plus faire face à l’augmentation brutale des dépenses obligatoires d’habitat et de transport liée aux coûts de l’énergie ; 

-        les prix immobiliers s’effondrent dans les zones périurbaines et rurales éloignées des emplois et des services ;

-        les services – publics et privés – se replient vers les villes et centres denses, afin de garder une clientèle suffisante ;

-        les « nouveaux pauvres » (classes moyennes inférieures), chassés des villes denses par la hausse des prix immobiliers se réfugient dans ces espaces délaissés où ils vivent à moindres coûts, à l’écart des services quotidiens assurés dans les territoires denses ;

-        le Gouvernement arrête un projet national de traitement social des territoires périurbains et ruraux (personnes âgées isolées, familles en difficultés…), à l’instar de celui engagé dans les années 80 dans les zones sensibles.

François Bellanger (Transit City) nous propose dans un article récent le tableau actuel de cette mutation urbaine qui a lieu aux USA (voir graphique en bas d'article). L'enchaînement de trois facteurs combinés explique ces changements profonds : pauvreté, déclin de l'attrait et de l'usage de l'automobile et montée démographique de la Génération Y. Ces trois paramètres, auxquels s'ajoutent les opportunités/risques offerts par le numérique pour que d'autres acteurs bousculent le système, nous amènent vers le point de basculement (voir un précédent article sur ce sujet #tippingpoint) : Ce moment singulier qui conduit à un changement d'état irreversible.

Lire la suite

Quand le sol ne suffit plus …

L'accès à la "vitesse bon marché" a permis d'accéder à la maison-jardin pour certains, à échapper à la pression des prix de l'immobilier pour d'autres, à se rapprocher de ses semblables pour la plupart. Cette opportunité d'accéder au "meilleur sol" se transforme petit à petit, mais sûrement, sous la forme de multiples risques, de multiples fractures, de multiples formes d'immobilités. Ainsi des gradients apparaissent : accès à l'emploi, accès aux loisirs et aux aux savoirs, accès aux autres.

Un autre échappatoire technologique devient possible: rajouter un degré de liberté, rajouter un nouveau plan. Mais cette opportunité pourrait ressembler aux possibilités précédentes, celles qui apparaissaient hier  comme "sans limites", sans risques. Il n'en est rien, il faut dès maintenant penser en même temps le risque porté par l'innovation.

Lire la suite