Archives du mot-clé zmot

Devenant producteur de connaissances, le consommateur renverse les rôles

Le numérique portable et l'internet changent le rapport de force entre le consommateur et le distributeur d'un produit à plusieurs niveaux. Les conséquences seront multiples, et iront jusqu'à modifier les chaînes logistiques. D'ici quelques années, le client du futur pourra gérer un choix multicritère complexe, avoir l'avis de ses pairs, connaître le mode de production du produit, son contenu carbone, identifier la présence de composés allergiques, mais également faire savoir à son réseau qu'il achète ou n'achète pas pour telle ou telle raison. Ceci sera possible partout, tout le temps. L'asymétrie d'informations dans laquelle était maintenue, volontairement, le consommateur s'inverse; désormais plus rien ne lui sera inconnu. Bienvenue dans l'ère de la transparence, obligatoire, éventuellement positive et libératrice. 

Lire la suite

Publicités

La logistique du futur

Le transport de marchandises est le reflet visible de notre mode de vie. Nous sommes ce que nous achetons, ce que nous mangeons. Nous partirons de deux citations de A.Tocqueville et A.Smith pour tenter de comprendre les tendances de fond dans le domaine de la logistique pour les poursuivre en intégrant des innovations venant du numérique.

Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres. Tocqueville, De la démocratie en Amérique 1835.

 « Peu importe que les autres convoitent ce qui ne mérite pas d’être convoité, ce qui compte c’est le regard de convoitise lui-même. C’est de ce regard que, sans le savoir, chacun est friand ». Reprenant un des pères de l'économie, Adam Smith, et son ouvrage Théorie des sentiments moraux, J-P.Dupuy, dans l’avenir de l’économie, nous rappelle que les agents économiques (nous) croient poursuivre l'utilité (bien être matériel), mais en fait, ils recherchent « le regard des autres », l'approbation. Ce « mensonge collectif à soi-même » est profond, d'autant plus que les agents sont dans l’opacité sur leurs propres motivations et sur celles des autres.

Notre consommation de biens matériels semble être une tendance de fond bâtie sur l’individualisme et un mensonge collectif à soi-même, tout en essayant de réduire les impacts collectifs. Pour répondre à ce « besoin », des professionnels ont développé et industrialisé des processus complexes permettant aux matières premières, puis aux produits intermédiaires et finis, de parcourir des procédés de fabrications industriels devenus mondiaux pour arriver aux bons destinataires. La logistique rassemble ces processus. Quelles évolutions peut-on attendre ?

Lire la suite

Google versus P.K.Dick

Les mouvements de fond en place depuis des années deviennent visibles comme les tremblements de terre sont observables mais imprévisibles alors que les mouvements des plaques tectoniques sont inobservables mais prévisibles.

Internet depuis le début supprime les intermédiaires inutiles, ceux qui n’apportent pas de plus-value. En conséquence, il permet de relier le plus directement possible l’offre et la demande, de ré-inventer l’offre et la demande, de les inverser, de les spécialiser et de rendre possible la rencontre d’offre hyperspécialisée pour des demandes de niche et faire des marchés de masses de niche (voir Google Mobility Service). Cette tendance de fond a déjà des conséquences dans de nombreux domaines : musique, livre, et également dans le domaine des transports : autopartage peer to peer, covoiturage ou stationnement.

La même tendance s’applique également aux objets qui supportent internet : supprimer les intermédiaires inutiles, simplifier pour ne garder que l’essentiel : l’information. Google présente ainsi, dans le cadre de son laboratoire, des lunettes permettant de « supporter » l’information au plus près de notre œil. Ces technologies appelées Ordinateur « wearable » indiquent, dans la terminologie même, la voie. L’ordinateur, et également le smartphone vont disparaître et se fondre dans nos habits et nos objets millénaires : montre et lunette (voir une thèse du MIT).

Là encore, Internet supprime l’objet inutile pour ne garder que l’essentiel : l’information, la connaissance, le lien aux autres.

Glass
Internet étant accessible « directement » tout le temps partout, nous n’allons plus sur Internet, nous sommes dorénavant DANS internet. Les conséquences dans le domaine des transports sont importantes d’autant que, jusqu’à présent, l’information faisait grandement défaut.

  • Connaissance de la destination des sièges libres partagés dans le flux de véhicules devant vous, connaissance de toutes les données permettant un déplacement multimodal -aujourd’hui complexe, représentation des lieux et des chemins, connaissance des émissions temps réel des véhicules et outils d’aide à la conduite … (voir idée en commentaire de l'article)
  • Connaissance du contenu carbone des produits (voir lien), optimisation de la rencontre marchandise / consommateur…(voir idée en commentaire de l'article)

Ces opportunités arrivent avec, en même temps, des risques tout aussi importants concernant l’atteinte à la vie privée, la sollicitation permanente avec des objectifs marchands. Google appelle cela Zero Moment of Truth … Philip K.Dick appelle cela le Vidécran rétinien ou encore les Robots Vendeurs

Après CasinoAuchanLeclercCarrefour Drive … Amazon Flow + Tesco + Drive + BetterPlace

Les solutions Auchan, Leclerc, Carrefour ou Casino Drive … se développent, complétant la palette d’imbrication du monde physique (les marchandises) avec le monde numérique. Le point de rencontre entre la marchandise et la personne, se déplace entre l’intérieur du magasin (achat classique) et le domicile du particulier (achat internet et livraison), quelque part sur un parking …

Cette voie hybride associe d’une certaine façon l’internet et la logistique. Mais il s’agit d’une première version pensée par les « commerçants classiques ». Ils n’ont pas repensé l’intégralité de l’expérience proposée au consommateur, ils complètent leurs offres actuelles.

Mais d’autres, comme Amazon, voient le monde différemment. Amazon Flow permet d’offrir une expérience d’achat totalement nouvelle :

Lire la suite

Connaître les émissions réelles (polluants et CO2) d’un véhicule, vers la #transparence totale

Les TIC bouleversent, par leur capacité intrinsèque, à révéler des données jusqu'à présent inconnues, masquées ou cachées, à tous les acteurs. Les émissions polluantes réelles et la consommation réelle d'un véhicule n'échappent pas à cela. Comme le détaille Google, nous arrivons au Zero Moment of Truth, et cela vous changer beaucoup de choses …

Les consommateurs (individuel et professionnel) auront accès à des données stratégiques pour leur choix, données produites par d'autres acteurs que l'industriel producteur de l'objet. En conséquence, la transparence totale sur les performances (économique, environnementale, énergétique, sociale) des produits/services va s'imposer. Un véhicule propre sera alors simplement un véhicule dont les émissions sont connues (totalement), comparables et minimales.

Les industriels doivent s'y préparer au plus vite.

 

Google Zero Moment of Truth

Parce qu'internet bouleverse le marketing (70% des américains tiennent compte des commentaires sur internet avant d'acheter un produit, 79% utilisent un smartphone quand ils font des courses), donc la relation consommateur – acteur économique, donc le choix du produit acheté. Créer, distribuer, proposer de meilleures informations, transparentes, et ouvertes devient essentiel, ouvrant des possibilités pour de nouveaux acteurs.

Zmot

Google Zero Moment of Truth est à lire d'urgence, voir également le consommateur du futur : [R]évolution.

Lire la suite